Un lieu chargé d'Histoire

1685-1801
Du couvent aux ateliers industriels

Le 30 août 1695, Vauban pose la première pierre du couvent dit « des Capucins », qui donne son nom au quartier. La construction du bâtiment et des jardins dure dix ans. Lors des épidémies de typhus, de 1757 à 1758, de nombreux malades y seront reçus et soignés. Le 12 mars 1791, dans le contexte révolutionnaire, le couvent et les jardins sont saisis et attribués par décret à la Marine. C’est la fin de la vocation religieuse du Plateau. En 1801, le couvent est reconverti en caserne pour les apprentis-canonniers.

 

1840-1946
Les ateliers industriels

En juillet 1840, des rumeurs de guerre courent en Europe. Le Ministère de la Marine ordonne de construire trois frégates de quatre cent cinquante chevaux chacune.

Elles constitueront le fleuron de la flotte française.

Le Plateau des Capucins est choisi pour la construction de ces grands navires. Proche des Forges et surplombant le port, le vaste terre-plein se prête parfaitement aux desseins industriels. Les travaux d’aménagement sont lancés en 1841 et s’achèvent en 1845.

De 1848 à 1850, le môle du viaduc et la grue « Gervaise » sont mis en service afin de desservir le Plateau et d’y faire transiter les énormes pièces forgées dans les ateliers de Pontaniou.

Entre 1858 et 1864, le site est agrandi. Les trois halles parallèles que nous connaissons sont construites. Longues de cent cinquante mètres et larges de dix, elles abritent des ateliers de fonderie, d’ajustage et de montage. Dans un bâtiment adjacent se trouve la « grosse chaudronnerie ».

 

1946-2004
Des ateliers industriels au transfert à Laninon

Après la seconde guerre mondiale, de 1946 à 1957, les ateliers sont reconstruits et les espaces de travail réaménagés.

Entre 1942 et 1998, les centres d’apprentissage à l’Arsenal sont créés : l’école des apprentis est construite en 1947 sur le plateau de Quéliverzan, attenante aux ateliers des Capucins. Le recrutement y est uniquement masculin. En 1978, les premières femmes y sont admises. Mais, dès le 19ème siècle et tout au long du 20ème siècle des femmes ont travaillé aux Capucins. Ce fut particulièrement le cas durant la première guerre mondiale, où elles ont remplacé les hommes partis au front.

Des générations de Brestois et de Finistériens ont découvert aux Capucins les techniques de la construction navale.

En décembre 2004, l’activité industrielle des Capucins est transférée à Laninon.
 

Cliquez ici pour parcourir la galerie "Figures d'ateliers" de la photothèque.

Ici vous pour découvrir les machines des ateliers.
 

Pour aller plus loin …

 

Les ateliers d'hier